Trafic aérien – La compagnie aérienne nationale, Air Algérie a été gravement accusée concernant la sécurité de ses passagers. La compagnie publique algérienne aurait ainsi, à plusieurs reprises, mis en danger la vie de ses clients.

La compagnie aérienne nationale, Air Algérie a été classée il y a quelques jours comme l’une des moins sûres au monde. Le site spécialisé Airlines Rating, qui a établi le classement, a notamment pris en compte des paramètres tels que la liste des accidents et incidents au sein de chaque compagnie aérienne. Dans ce sens, Air Algérie a ainsi obtenu un score d’une étoile sur 7, loin derrière les compagnies aériennes de ses voisins le Maroc et la Tunisie. Royal Air Maroc avait, à titre de comparaison, obtenu un score de 7/7 tandis que Tunisair s’est vue attribuer 6 étoiles sur 7.

Quelques jours après la parution de ce classement, Air Algérie a réagi via son porte-parole, Amine Andaloussi. « Nous sommes une compagnie très sûre et nous avons été auditionnés par les différentes instances », a déclaré M.Andaloussi il y a quelques jours. Toutefois, la compagnie nationale vient de nouveau d’être épinglée en ce qui concerne son respect des normes de sécurité.

Sécurité des passagers : Air Algérie gravement accusée

Air Algérie a en effet été gravement accusée concernant la sécurité de ses passagers. L’animateur de l’émission Crisis, diffusée par la chaîne privée Al Hayat TV, a ainsi révélé plusieurs anomalies dans ce sens. Mokhtar Saïd Mediouni, militaire à la retraite et ancien pilote d’hélicoptère de l’ANP, a notamment parlé du cas d’un avion d’Air Algérie qui a récemment effectué un vol avec un personnel de navigation âgé de plus de 60 ans, une pratique qui, a-t-il indiqué, était interdite par les règlements internationaux en matière d’aviation. En plus de l’âge de son personnel naviguant, l’avion aurait également volé sans le certificat de navigabilité qui devait lui être délivré par Verital, organisme public chargé du contrôle technique des moyens de transports aériens et maritimes en Algérie.

L’animateur du programme sus-cité ne s’arrête pas là, et cite également le cas d’un autre avion de la compagnie nationale qui devait effectuer un vol depuis la capitale américaine Washington DC. L’avion serait resté trois heures sur le tarmac de l’aéroport à cause du fait que le personnel de navigation n’avait pas transmis le plan du vol à la tour de contrôle. Cette situation aurait coûté des sommes importantes à Air Algérie, qui s’est ainsi retrouvée obligée de payer des pénalités pour son retard en plus des frais de stationnement dans cet aéroport.

L’ARAV saisie suite à l’émission d’Al Hayat

L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) a été saisie suite à l’émission de la chaîne précédemment citée. Elle a d’ailleurs indiqué dans un communiqué avoir convoqué le directeur de cette même chaîne pour qu’il s’explique sur le contenu de l’émission. « Seule la justice est en mesure de trancher », a fait savoir l’ARAV, qui a indiqué que le directeur d’Al Hayat a affirmé détenir des documents confortant les dires de l’animateur de l’émission mise en cause.

Lire également : Perte de bagages : Air Algérie lourdement condamnée