Voyages et immigration – Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin a apporté de nouvelles précisions au sujet de la délivrance des visas pour la France aux algériens.

Advertisement

La France a décidé, il y a quelques jours de réduire fortement le nombre de visas délivrés aux algériens, aux marocains et aux tunisiens. Selon le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, cette décision intervient afin de pousser ces pays à davantage de coopération avec la France dans la lutte contre l’immigration clandestine.

Cette décision n’a d’ailleurs pas manqué de susciter des réactions des deux côtés de la méditerranée. Le député français de l’immigration, M’jid El Guerrab a ainsi saisi le ministre de l’Intérieur de son pays à ce sujet.

« Nous craignions que cette mesure ne sanctionne des étudiants, des chercheurs (…). En un mot, toutes ces forces vives amenées à être des passerelles entre les deux continents. », a-t-il notamment dit dans une intervention devant l’Assemblée nationale française. « Ne risque t-elle pas de frapper ces petites gens, les populations sans réseau, les classes moyennes pour lesquelles le visa est un oxygène pour voir le monde ou même un laisser passer pour la réussite professionnelle ? », s’est interrogé M. El Guerrab.

Visas France pour les algériens : Darmanin précise

En réponse à la question du député, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin a apporté de nouvelles précisions concernant la délivrance des visas pour les algériens. Dans ce sens, il a notamment fait état des « grandes difficultés » qu’éprouve la France pour renvoyer les ressortissants des trois pays du Maghreb, dont fait partie l’Algérie.

À titre d’exemple, le même responsable a fait état de la baisse drastique du nombre d’algériens expulsés de France, qui est passé de 1650 en 2019 à seulement 23 en 2020.

« Avec l’Algérie, nous n’avons plus de relations qui consisteraient à redonner des laisser passer consulaires alors que ces personnes méritent de retourner dans leur pays », a expliqué Gérald Darmanin. « Le jour où l’Algérie, qui est notre alliée, notre grand ami et notre grand voisin, reprend des relations diplomatiques normales avec nous, alors évidemment, nous accepterons de délivrer des visas », a-t-il conclu.

Rappelons que le même ministre avait expliqué, la semaine dernière que le nombre de visas accordés aux personnes en provenance d’Algérie serait désormais réduit de 50%. « Nous leur disons que tant que vous ne reprenez pas vos compatriotes, nous n’acceptons pas vos compatriotes », avait-il martelé.

Lire également : Demandes de visas pour la France : nouvelle polémique en Algérie

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici