Voyages et immigration – La reprise des vols réguliers de et vers l’Algérie tarde à venir, alors que les membres de la diaspora algérienne multiplient les appels pour leur permettre de rentrer au pays.

Les autorités algériennes maintiennent la fermeture des frontières du pays depuis le 17 mars 2020. Les vols réguliers au départ et à destination des aéroports algériens restent suspendus du fait de cette décision. Toutefois, plusieurs compagnies continuent d’effectuer des vols spéciaux au départ de l’Algérie, alors que les opérations de rapatriement au profit des algériens bloqués à l’étranger restent suspendues depuis le 1er mars dernier. La compagnie aérienne nationale, Air Algérie a d’ailleurs annoncé que cette suspension allait durer au moins jusqu’au 30 avril en cours.

Concernant les compagnies qui assurent des vols au départ de l’Algérie, il s’agit d’Air France, ASL Airlines et Transavia qui desservent les aéroports de Paris et de Lyon au départ d’Alger, Annaba et Béjaïa. Ces compagnies prévoient ainsi de poursuivre leur programme jusqu’au 31 mai prochain. Toutefois, ces vols spéciaux ne concernent que certaines catégories restreintes de personnes. Il s’agit notamment des algériens résidant légalement en Europe, des titulaires de visas de long séjour ainsi que des candidats au regroupement familial en France.

Vols de et vers l’Algérie : ce qu’il faut savoir

Toutefois, la reprise des vols réguliers de et vers l’Algérie ne semble pas encore à l’ordre du jour. Alors que plusieurs pays européens se préparent à la réouverture progressive de leurs frontières en prévision de la prochaine saison estivale, plusieurs voix se sont élevées en Algérie pour mettre en garde contre une reprise des vols dans l’immédiat. Le dernier bilan de l’Institut Pasteur concernant la propagation des nouveaux variants de la maladie joue d’ailleurs en défaveur de la réouverture des frontières. Ledit institut a ainsi annoncé, hier jeudi, la détection de 166 nouveaux cas contaminés aux variant britannique et nigérian, dont 65 cas pour la souche britannique du virus et 101 cas pour la souche nigériane.

En plus de la propagation des nouveaux variants, l’Algérie connaît actuellement un nouveau rebond des contaminations qui inquiète particulièrement les spécialistes.  « Il faut aller à des mesures de confinement soit géographiquement ciblé, soit généralisé », a ainsi suggéré le Pr Mohamed Belhocine, membre du comité scientifique de suivi de la pandémie dans un entretien paru hier jeudi sur le site web TSA.

Enfin, un autre obstacle à la reprise des vols réguliers de et vers l’Algérie demeure la vaccination. Alors que plusieurs spécialistes ont suggéré de vacciner au moins 50% de la population avant le début de la levée des restrictions sur les voyages, le pays enregistre un retard considérable sur ce volet. Selon des chiffres donnés en mars dernier par le Pr Kamel Djenouhat, président de la société algérienne d’immunologie, il y aurait ainsi moins de 1% des algériens qui ont reçu le vaccin depuis le début de la campagne le 30 janvier dernier. « La situation aurait été plus confortable si on avait vacciné quelques millions ou une dizaine de millions de personnes au moment où nous affrontons cette remontée épidémique. », a déclaré à ce propos le Pr Mohamed Belhocine.

Lire également : Frontières de l’Algérie : pas de réouverture avant 2022 ?