Voyages et immigration – Le comité scientifique de suivi de la pandémie de Covid-19 a tenu, hier dimanche, une réunion au cours de laquelle il a notamment abordé la question des vols vers l’Algérie.

Advertisement

Les frontières algériennes sont fermées depuis le 17 mars 2020, et tous les vols internationaux au départ et à destination de ce pays demeurent suspendus. Toutefois, ces mesures n’ont pas empêché plusieurs variants du Coronavirus de faire leur apparition en Algérie. Ainsi, depuis le début du mois de mars dernier, l’Institut Pasteur a déjà enregistré trois souches différentes de la maladie sur le territoire national. Il s’agit des variant britannique, nigérian et indien, ce dernier ayant été le dernier en date à faire son apparition dans la wilaya côtière de Tipaza, à l’Ouest d’Alger.

D’ailleurs, l’annonce de la détection de ce nouveau variant il y a quelques jours n’a pas manqué de susciter les interrogations, voire les moqueries sur les réseaux sociaux en Algérie. « Il y a 13 mois que toutes les frontières sont fermées, comment ce variant a-t-il pu entrer en Algérie ? », a notamment commenté un internaute sur Facebook. « Avec la fermeture des frontières, je pense que c’est Rifka qui a introduit ce variant », ironise un autre.

De son côté, le Dr Faouzi Derrar, directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie, a expliqué que les cas du nouveau variant ont été détectés chez des travailleurs indiens employés sur un chantier de la wilaya de Tipaza. « C’est un virus importé. C’est un Indien qui a été séquencé. Il est venu de Doha. C’est un Indien qui travaille à Koléa », a précisé de son côté le ministre de la santé, Abderrahmane Benbouzid.

Vols vers l’Algérie : le comité scientifique annonce de nouvelles mesures

Par ailleurs, le comité scientifique de suivi de la pandémie au niveau national a également tenu une réunion, hier 9 Mai, lors de laquelle il a notamment abordé la question des vols vers l’Algérie. Ledit comité a ainsi proposé de durcir les conditions d’entrée en Algérie pour les travailleurs étrangers. « Les personnes viendraient avec des PCR de 72 heures ou de 36 heures pour ceux qui viennent d’Asie. Elles seront soumises à un test antigénique à leur arrivée à l’aéroport d’Alger et un confinement de dix jours, pour stopper la propagation des variants », a notamment expliqué le Pr Riyad Mahyaoui, membre du comité scientifique sus-cité, dans une déclaration accordée ce lundi au média en ligne TSA.

Le comité scientifique n’a toutefois pas abordé la question de la réouverture des frontières pour les algériens bloqués à l’étranger. Dans leurs déclarations à la presse au cours de ces dernières semaines, les membres de cette instance se sont d’ailleurs dits opposés à une telle mesure dans le contexte actuel. Le Dr Mohamed Bekkat Berkani a ainsi estimé, il y a quelques jours, que la fermeture des frontières « nous a préservés d’une invasion tous azimuts des variants, en particulier le britannique ». Le même spécialiste s’est toutefois dit favorable au fait d’autoriser les citoyens à voyager « au cas par cas ».« Il y a des gens qui doivent partir pour plusieurs raisons », a-t-il expliqué, en ajoutant que « les Algériens ont le droit de rentrer dans leur pays tout en respectant les conditions sanitaires, la RT PCR au départ et une autre à l’arrivée et probablement une mise en quarantaine. ».

Lire également : Fermeture des frontières : des spécialistes critiquent le gouvernement

Advertisement