Voyages et immigration – Le journaliste et commentateur sportif Hafid Derradji s’est exprimé, mardi 4 Mai, au sujet de la fermeture des frontières et de la suspension des vols en Algérie.

Advertisement

Les autorités algériennes maintiennent la fermeture des frontières du pays depuis presque 14 mois. Les liaisons aériennes, maritimes et terrestres au départ et à destination de l’Algérie demeurent ainsi suspendues, ce qui a laissé des centaines de ressortissants bloqués à l’étranger depuis maintenant plus d’une année. Cette décision a également eu un impact sur les algériens souhaitant voyager à l’étranger. Depuis la suspension des vols spéciaux à destination du territoire national en mars dernier, ils seraient ainsi plus de 30.000 à attendre une autorisation de sortie pour pouvoir voyager. L’obligation d’obtenir ce document est en effet toujours en vigueur pour les titulaires de visas non européens, mais le ministère de l’Intérieur ne le délivre plus au motif de la « perturbation des vols ».

Dans ce contexte, la diaspora algérienne a déjà interpellé à maintes reprises les autorités quant à la nécessité de trouver une solution pour permettre aux centaines de citoyens encore bloqués à l’étranger de rentrer au pays. avant-hier mardi, un collectif réunissant plusieurs associations de la communauté algérienne à l’étranger a ainsi adressé un message dans ce sens au gouvernement. « Des statistiques fiables et des informations sur les réseaux sociaux confirment que des étrangers de différentes nationalités entrent et sortent régulièrement de l’Algérie depuis l’annonce de la fermeture de la frontière jusqu’à nos jours », a écrit ledit collectif dans un communiqué, dans lequel il enjoint au gouvernement d’autoriser la reprise des vols d’Air Algérie, ainsi que de supprimer l’autorisation d’entrée sur le territoire national qu’il a qualifié d’« humiliation pour la communauté algérienne ».

Reprise des vols vers l’Algérie : les propositions de Hafid Derradji

De son côté, le journaliste et commentateur sportif Hafid Derradji s’est également exprimé au sujet du maintien de la suspension des vols en Algérie. « Je veux joindre ma voix à celles des Algériens immigrés qui demandent aux autorités de revoir les mesures d’entrée et de sortie du territoire national qui sont arrivées au stade de la fermeture totale, quelles que soient les circonstances et les raisons », a-t-il notamment écrit dans un message sur sa page Facebook officielle. Le célèbre journaliste algérien a ainsi mis l’accent sur le fait que certains pays représentent un risque sanitaire moins important que d’autres. « Mettre tous les pays sur un même pied d’égalité est exagéré (…) et a considérablement affecté le moral des gens », a-t-il poursuivi.

Citant l’exemple du Qatar, où il réside, Hafid Derradji a notamment rappelé que ce pays « a atteint un taux de vaccination de plus de 70 % tout en maintenant le respect d’un protocole sanitaire strict (port du masque, distanciation sociale, contrôle systématique des voyageurs au départ et à destination du pays…) ». Dans ce contexte, il appelle ainsi les autorités algérienne à « revoir le système des autorisations (d’entrée sur le territoire national, ndlr) et à considérer par exemple le Qatar comme une zone verte avec laquelle une attestation de vaccination, un test PCR et une période d’isolement en cas de besoin seraient suffisants ». « La situation de notre communauté au Qatar est similaire dans plusieurs pays, mais pas tous évidemment, car certains pays, notamment européens restent toujours des foyers de contamination », a-t-il ajouté, en recommandant au gouvernement de « traiter nos ressortissants dans ces pays de manière différente, en permettant notamment à certains de rendre visite à leurs proches, à leurs malades ou en leur permettant d’enterrer leurs morts en attendant une solution définitive ».

Lire également : Vols de rapatriement d’Air Algérie : ce que propose un spécialiste

Advertisement