Voyages et immigration – L’Algérie enregistre ces derniers jours une décrue des contaminations au coronavirus, qui pourrait avoir un impact sur la décision de maintien de la fermeture des frontières.

Voilà maintenant plus d’une année que l’Algérie a fermé ses frontières dans le cadre de sa stratégie de lutte contre la Covid-19. Depuis l’instauration de cette mesure, tous les vols réguliers au départ et à destination de l’Algérie sont suspendus, forçant ainsi des centaines d’algériens bloqués à l’étranger à prendre leur mal en patience, en attendant une décision d’assouplissement de la part des autorités du pays.

Outre la fermeture des frontières qui dure depuis plus d’une année, les autorités algériennes ont également décidé, le 23 février dernier, de suspendre tous les vols spéciaux à destination des aéroport du pays jusqu’au 31 mars en cours inclus.

Cette décision n’a pas manqué de susciter la colère parmi les membres de la communauté algérienne établie à l’étranger, dont beaucoup n’ont pas pu rendre visite à leurs familles depuis maintenant plus d’une année. La compagnie aérienne nationale, Air Algérie fait d’ailleurs l’objet d’une action en justice en France de la part d’un groupe de 27 ressortissants algériens. Ceux-ci, résidant en Grande-Bretagne sont bloqués depuis la fin du mois de février dernier au niveau de la zone internationale de l’aéroport de Paris Charles de Gaulle.

Décrue du Coronavirus en Algérie : quel impact sur les frontières ?

L’Algérie enregistre en effet une décrue des contaminations au Coronavirus ces derniers jours, qui pourrait avoir un impact sur les restrictions imposées aux voyageurs, dont la fermeture des frontières. Ce lundi 22 mars, le ministère de la santé algérien a d’ailleurs annoncé un bilan de 98 contaminations pour les dernières 24 heures.

Si plusieurs spécialistes estiment que le pays n’est pas encore à l’abri d’une nouvelle vague de contaminations, notamment à cause de l’apparition de nouveaux variant de la maladie, un maintient de la décrue actuelle sur le long terme pourrait forcer les autorités algériennes à amorcer un début de levée des restrictions sur les voyages. D’ailleurs, celles-ci doivent actuellement faire face à une colère grandissante, tant de la part des algériens bloqués à l’étranger, que de la part de plusieurs partis et personnalités politiques qui ont multiplié les appels à l’ouverture des frontières ces derniers jours.

Rappelons toutefois que si cette décrue suscite actuellement l’espoir d’un assouplissement des mesures imposées aux voyageurs, plusieurs spécialistes ont mis en garde contre une réouverture des frontières dans l’état actuel des choses. En effet, une reprise des vols réguliers nécessite non seulement une situation sanitaire stable en Algérie, mais également dans les pays étrangers, et notamment en France. Or, ce pays qui est la principale destination européenne des algériens est frappé de plein fouet par une nouvelle vague du virus qui a forcé le gouvernement français à adopter, depuis samedi 20 mars, de nouvelles mesures restrictives dans les régions les plus touchées pour une durée d’un mois.

Lire également : Pandémie de Covid-19 : l’Algérie enregistre un nouveau record de contaminations