Voyages et immigration – Le Pr Riyad Mahyaoui, membre du comité scientifique de suivi de la pandémie de Coronavirus, s’est exprimé sur la possibilité d’une nouvelle fermeture des frontières algériennes au mois de juillet prochain.

Le gouvernement algérien a autorisé, depuis le début du mois en cours la reprise partielle des vols à destination du territoire national. Pour le moment, seuls les aéroports d’Alger, Constantine et Oran sont concernés par cette décision, les frontières terrestres et maritimes du pays étant toujours fermées. Les autorités ont par ailleurs mis en place un protocole sanitaire strict pour toutes les personnes voyageant à destination du territoire national. Celles-ci doivent ainsi se soumettre à une période d’isolement de cinq jours dans un lieu réservé à cet effet dès leur arrivée en Algérie. Un test PCR sera également effectué obligatoirement à l’issue de cette période. Les frais de cette procédure, dont le montant a été fixé à 33.000 dinars, sont à la charge exclusives des voyageurs qui doivent s’en acquitter lors de l’achat de leurs billets.

Concernant le programme des vols, il concerne pour le moment les aéroports de Paris, Marseille, Barcelone, Tunis, Istanbul, Francfort et Rome. La compagnie nationale Air Algérie assure un seul vol hebdomadaire en aller-retour avec chacune de ces villes. Turkish Airlines, Tunisair et Alitalia desservent également l’Algérie au départ et à destination de leurs pays respectifs, et ce à la même fréquence que la compagnie nationale.

Fermeture des frontières algériennes en juillet : l’avis d’un spécialiste

Toutefois, une nouvelle fermeture des frontières algériennes pour le mois de juillet prochain n’est pas à écarter. Le Pr Riyad Mahyaoui, membre du comité scientifique national de suivi ce la pandémie de Covid-19 s’est d’ailleurs exprimé sur cette question au cours de cette semaine. Le même spécialiste a notamment mis en exergue la récente augmentation des chiffres des contaminations quotidiennes dans le pays. « On se rapproche rapidement de la barre des 400 cas et honnêtement ce n’est pas une grande surprise. Du fait du relâchement par rapport aux mesures barrières », a-t-il constaté dans une déclaration au média spécialisé Visa Algérie.

« Au niveau des hospitalisations ça commence à monter un peu et on est arrivé à un taux inquiétant d’occupation de lits, alors que les lits en réanimation sont pratiquement saturés. », a-t-il également dit, en appelant la population à veiller au respect des mesures de prévention contre la maladie, notamment avec le port du masque et la distanciation sociale. Concernant les frontières, le même spécialiste a également indiqué que les autorités n’hésiteraient pas à aller vers une nouvelle fermeture si la situation sanitaire continue de se dégrader. « Si l’on ressent un danger réel ou que la situation épidémiologique risque de s’aggraver, voire s’il y a une saturation du système de santé, la première chose à faire c’est de refermer les espaces qui sont ouverts depuis quelque temps. », a-t-il indiqué en insistant sur le fait que « nous ne voudrions pas revenir au scénario de l’an passé qui nous a obligé à refermer et à revoir les horaires de confinement ».

Lire également : Air Algérie : pas de poursuite des vols en juillet ?