Voyages et immigration – L’Association internationale du transport aérien (IATA) s’est exprimée, mardi 13 avril, sur la fermeture des frontières algériennes qui dure depuis maintenant plus d’une année.

Alors que plusieurs pays à travers le monde, et notamment en Europe se préparent déjà à la reprise normale des voyages, l’Algérie continue de maintenir la fermeture de ses frontières. Cette mesure, qui avait été instaurée en mars 2020 dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, est en effet toujours en vigueur et tous les vols réguliers au départ et à destination des aéroports algériens demeurent suspendus. Rappelons en outre que les opérations de rapatriement d’Air Algérie au bénéfice des algériens bloqués à l’étranger sont également à l’arrêt depuis le 1er mars dernier.

Toutefois, certaines catégories de personnes peuvent toujours voyager vers l’étranger sur les vols spéciaux d’Air France, d’ASL Airlines et de Transavia. Ces compagnies continuent, pour rappel, d’effectuer des liaisons spéciales dans le sens AlgérieFrance jusqu’au 31 mai prochain. Les personnes concernées par ces dessertes sont notamment les ressortissants algériens résidant légalement dans un pays de l’espace Schengen, les titulaires de visas de long séjour ainsi que les candidats au regroupement familial en France. Suite à une récente décision du Conseil d’État français, les algériens en instance de mariage mixte avec des citoyens français devraient également être autorisés à voyager dans les prochains jours.

Fermeture des frontières algériennes : ce qu’a dit l’IATA

L’Association internationale du transport aérien (IATA) s’est en effet exprimée, mardi 13 avril, sur la fermeture des frontières algériennes. Dans un message posté sur Twitter, ladite organisation a ainsi déclaré qu’elle exhortait l’Algérie à s’associer aux efforts de préparation de la reprise des vols internationaux. « Nous continuons à exhorter des pays comme l’Algérie à s’associer à l’industrie (du transport aérien, ndlr) pour planifier la reprise des voyages », a écrit l’IATA, qui ajoute que « les frontières ne peuvent pas rester fermées indéfiniment ».

Par ailleurs, et selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), l’Algérie fait actuellement partie des 69 pays à travers le monde qui gardent leurs frontières complètement fermées. Selon la même source, 11 de ces pays se trouvent en Afrique, 15 en Europe et 30 dans la région Asie-Pacifique, tandis que le restent se trouvent au Moyen-Orient et en Amérique du Nord, Amérique centrale et Amérique du Sud. « 34 % des destinations dans le monde sont actuellement partiellement fermées aux touristes internationaux », indique également l’OMT.

Rappelons également que le Pr Salah Lelou, pneumologue à l’EHU d’Oran, avait appelé hier mercredi à l’assouplissement des restrictions sur les frontières algériennes. « La situation actuelle peut nous permettre de relâcher un peu la fermeture des frontières », avait-il dit dans une déclaration accordée à TSA. « Il faut garder un contrôle strict. De toute façon, il y a des gens qui rentrent dans le pays. Si vraiment il y avait quelque chose, on a eu des variants ça fait plus d’un mois et je vois que la situation reste la même pratiquement. Il n’y a pas eu une nette augmentation des cas constatés, même avec les variants britannique ou nigérian », avait expliqué le même spécialiste, qui estime qu’un assouplissement des mesures sur les voyages reste « faisable en renforçant les contrôles ».

Lire également : Ouverture des frontières et reprise des vols : les prévisions alarmantes de l’IATA