Voyages et immigration – Le Dr Mohamed Bekkat Berkani est revenu une fois de plus sur la question des frontières, ainsi que sur la possible instauration d’un passeport sanitaire en Algérie.

Advertisement

Alors que l’Algérie maintient ses frontières fermées depuis plus d’une année, plusieurs centaines d’algériens encore bloqués à l’étranger attendent un geste de la part des autorités pour pouvoir rentrer au pays. À l’approche du mois de ramadan et de la saison estivale, plusieurs personnalités et organisations politiques ont en effet multiplié les appels pour une ouverture des frontières, ou au moins pour une reprise des vols de rapatriement dans le cadre d’un protocole sanitaire strict.

Concernant les vols de rapatriement à destination des aéroports algériens, il est d’ailleurs à rappeler que ceux-ci sont suspendus depuis le début de ce mois de mars. Cette décision a suscité une vive colère parmi les membres de la diaspora algérienne, alors que les autorités n’ont pour le moment donné aucune information quant à une possible reprise pour le mois d’avril prochain.

Frontières, passeport sanitaire en Algérie : ce qu’a dit Bekkat Berkani

Le Dr Mohamed Bekkat Berkani, s’est en effet exprimé une nouvelle fois sur la question de l’ouverture des frontières et la possible instauration d’un passeport sanitaire en Algérie. Dans un entretien accordé au site spécialisé Visa Algérie, le même spécialiste a qualifié cette idée d’« intéressante ». « Le passeport sanitaire est une idée intéressante, mais chez nous les vaccins ne sont pas disponibles. », a-t-il déclaré, ajoutant que « si on laisse entrer les citoyens vaccinés et qu’on ne peut pas autoriser les Algériens d’ici à voyager (…), cela va poser un problème de ségrégation ».

« La reprise des vols doit se faire dans les deux sens sinon ce n’est pas une ouverture des frontières mais des opérations de rapatriement », a-t-il également déclaré, estimant que « d’ici l’été, les choses vont évoluer de façon positive ». Toutefois, le Dr Bekkat Berkani a estimé qu’il fallait encore temporiser avant de songer à rouvrir progressivement les frontières de l’Algérie. « Le grand danger reste le variant. À l’heure actuelle, il est difficile d’envisager une ouverture avec la présence du variant. », a-t-il conclu.

Lire également : reprise des vols internationaux : les explications de Bekkat Berkani

Advertisement