France – La France pourrait réduire le nombre de titres de séjour délivrés aux étrangers, dont les algériens. C’est en effet le parti Les Républicains (LR), qui se classe à droite, qui a plaidé en faveur de cette mesure.

Advertisement

« Pour assimiler les étrangers, il faut en accueillir moins », a ainsi estimé le parti de Christian Jacob, lors d’une rencontre qui s’est tenue hier mardi 17 novembre. Ce parti de droite a ainsi plaidé pour une réduction de l’immigration, qui ne ferait qu’« aggraver le communautarisme en France ».

Dans ce sens, LR a notamment proposé d’arrêter les régularisations des sans-papiers en France, mais également d’instaurer une limite annuelle de titres de séjours pour les étrangers. Cette limite pourrait être fixée chaque année par un vote du parlement français. « Nous pourrions revenir à quelque 100 000 titres de séjour par an, soit le niveau du début des années 1990 », a ainsi plaidé le parti de Christian Jacob.

Les algériens parmi les premier bénéficiaires des titres de séjour en France

Cette proposition de LR, si elle était adoptée, pourrait avoir un impact significatif sur l’immigration algérienne en France. En effet, les algériens font parti des étrangers qui obtiennent le plus de titres de séjour dans ce pays. En 2019, ils étaient classés en 2e position des étrangers à qui la France a délivré le plus de documents de séjour.

Ainsi, les algériens ont obtenu 27.391 titres de séjours en 2019, juste derrière les marocains qui en ont obtenu 34.929. Les tunisiens, quant à eux, ont eu droit à 19.596 documents de séjour à la même période. Concernant les visas pour la France, les algériens en ont obtenu 274.421 en 2019, soit une baisse d’environ 7% par rapport à 2018. Sur ce plan, l’Algérie s’est classée en 4e position, derrière la Chine, la Russie et le Maroc.

Par ailleurs, notons également que la question de l’immigration est revenue au coeur des débats depuis quelques semaines en France. Le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’est exprimé sur la question. Il a notamment indiqué son refus de prendre des mesures restrictives sur l’entrée des étrangers dans son pays.

Lire aussi : Visas pour les algériens : la France compte durcir les conditions d’octroi

Advertisement