Actualité du MaghrebDe nouvelles tensions entre l’Algérie et le Maroc ont vu le jour, suite au relai de plusieurs publications par des médias marocains. Ces derniers ont fait état d’une escalade à la frontière algéro-marocaine, dans la zone d’El Figuig (Maroc) et El Arja (Algérie), après une récente intervention des autorités civiles et algériennes dans cette zone frontalière. 

Ainsi, nos confrères du média arabophone El Khabar ont apporté des précisions au sujet de ces tensions entre les deux pays voisins. Que s’est-il passé au juste ? Selon le même quotidien, l’armée algérienne n’a, en aucun cas, spolié des terres marocaines comme rapporté par les médias du voisin de l’ouest.

Pour être plus explicite, la même source a mentionné qu’après les accords de délimitation des frontières entre les deux pays, l’Algérie avait laissé, pour des raisons humanitaires, des paysans marocains poursuivre leurs activités agricoles dans la zone frontalière, à proximité de la localité d’El Arja, commune dépendant de la wilaya de Bechar. Par ailleurs, face à une volonté d’extension des activités en sol algérien, l’Algérie a décidé de réagir.

Lire aussi : Algérie : le ministre de la justice critique sévèrement le Maroc

Tensions entre l’Algérie et le Maroc : que s’est-il passé à El Figuig ?

Il est à noter qu’aucun incident n’avait été signalé dans cette zone, avant la date du 20 février 2021, journée durant laquelle des explosions avaient été entendues dans cette paisible région. Finalement, il s’est avéré que c’étaient les autorités marocaines qui avaient débuté un processus de déminage de cette région. Et ce dans le but d’étendre les exploitations agricoles sur les terres algériennes.

Suite à cela, les autorités algériennes auraient saisi les responsables de la ville d’El Figuig, afin de trouver un compromis. Cependant, face à l’absence de réaction de la part des décideurs du pays voisin, les autorités civiles et militaires de la ville de Bechar se sont déplacées sur les lieux et ont tout simplement demandé aux paysans marocains d’évacuer les lieux, avant la date fatidique du 18 mars. Chose faite, puisque les paysans ont quitté les lieux, sans aucune résistance. Toutefois, ils ont organisé une marche silencieuse dans la localité d’El Figuig, samedi 13 mars, afin de réclamer une indemnisation de la part du royaume chérifien. C’est ce que précise la même source.

Pour le moment, il y a lieu de signaler que, ni Alger ni Rabat n’ont réagi officiellement face à ces nouvelles tensions entre l’Algérie et le Maroc.

Lire également :

Normalisation entre le Maroc et l’Israël et impact sur l’Algérie : ce qu’en pense une experte américaine (Entretien exclusif)