Voyages et immigration – Le gouvernement a apporté, par le biais du ministre des Transports Abdallah Moundji, une réponse à la question de l’ouverture totale des frontières de l’Algérie.

Advertisement

Le ministère des Transports avait annoncé, il y a quelques jours, une augmentation significative du nombre de vols à destination de l’Algérie. La compagnie aérienne nationale, Air Algérie a ainsi bénéficié de 64 vols supplémentaires par semaine, en plus de la cinquantaine qu’elle assurait auparavant.

Sur ce chiffre, la compagnie nationale assure 49 nouveaux vols au départ et à destination de la France. Air Algérie a d’ailleurs ouvert de nouvelles lignes depuis Nice, Lyon, Toulouse et Lille. Comme il est d’usage depuis la réouverture partielle des frontières algériennes, les compagnies françaises bénéficient également du même nombre de vols qu’Air Algérie dans le cadre de l’application du principe de réciprocité.

Avec quelques 150 vols hebdomadaires, le programme entre la France et l’Algérie est donc à environs 50% de celui d’avant la crise sanitaire. Malgré l’augmentation des vols et la baisse relative des prix, il faut cependant noter que l’Algérie maintient une ouverture partielle de ses frontières.

Ouverture totale des frontières en Algérie : la réponse du gouvernement

Le gouvernement a d’ailleurs répondu, par le biais du ministre des Transports Abdallah Moundji, à la question de l’ouverture totale des frontières en Algérie. Cette mesure est, rappelons-le, réclamée depuis plusieurs mois, notamment par les représentants de la communauté nationale à l’étranger.

Avec une situation sanitaire stable depuis plusieurs semaines, beaucoup d’Algériens de l’étranger ne comprennent par conséquent pas pourquoi les autorités tardent à rouvrir complètement les frontières. Le ministre des Transports, Abdallah Moundji s’est exprimé à ce sujet, en évoquant notamment le fait que le virus responsable de la covid-19 n’avait toujours pas disparu.

« Je pense qu’il n’y a personne qui peut dire que l’on a oublié la pandémie de Covid-19 », a dit M.Moundji lors d’une audition devant une commission de l’APN jeudi dernier. Le premier resposable du secteur a ainsi rappelé que le virus « est toujours là ». « Certes nous avons pu contrôler la pandémie, mais elle est encore là », a-t-il avancé.

« Nous allons étudier la possibilité de lever certaines restrictions, mais la décision revient aux hautes autorités », a également dit le ministre des Transports.

Lire également : Vols France-Algérie : Une nouvelle liaison inaugurée en avril

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici