Algérie actualité– La polémique au sujet du retour à l’importation des véhicules neufs en Algérie ne cesse d’enfler. En fin de journée d’hier 20 janvier, c’était au tour du Premier ministre algérien Abdelaziz Djerad de se mettre de la partie. Celui-ci a désavoué Ferhat Ait Ali, ministre algérien de l’industrie. Ce dernier, rappelons-le, est chargé de la gestion de cet épineux dossier. 

Advertisement

Ainsi, sujet à de nombreuses critiques concernant sa gestion de ce dossier sensible, Ferhat Ait Ali semblait tout à fait imperturbable. Cependant, une déclaration du Premier ministre l’a fait réagir, en soirée d’hier 20 janvier, lors de son passage à la Télévision publique algérienne. Notons que, Abdelaziz Djerad a ouvertement critiqué le membre de son gouvernement, suite à la vive polémique suscitée par le retour à l’importation des véhicules neufs en Algérie.

« Abdelaziz Djerad a chargé le ministre de l’Industrie d’accélérer le rythme de traitement des dossiers introduits au niveau du Comité technique placé auprès de son secteur et de veiller à l’exigence de transparence dans ce domaine ». C’est ce qu’on peut notamment lire dans le communiqué des services du Premier ministre, qui avait été publié en marge de la réunion hebdomadaire du gouvernement.

Lire aussi : Importation des véhicules neufs en Algérie : vive polémique suscitée par le ministre de l’Industrie Ferhat Ait Ali Braham

Polémique sur l’importation des véhicules neufs en Algérie : ce que réclame Djerad à Ait Ali

En somme, le Chef du gouvernement algérien a réclamé de la transparence dans l’attribution des agréments aux concessionnaires automobiles, qui seront chargés d’importer les véhicules neufs. Et ce suite au refus des services du ministère de l’Industrie de rendre publique la liste des concessionnaires retenus. Ce qui a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux algériens, et qui a suscité l’ire de plusieurs responsables, à l’instar du sénateur Abdelouahab Benzaim. Ce parlementaire, qui avait été parmi les premiers à critiquer le retour à l’importation des véhicules neufs en Algérie a également regretté la non divulgation de l’identité des concessionnaires en question.

Le réaction du ministre de l’industrie

Suite à la polémique suscitée par cette affaire d’importation des véhicules neufs en Algérie, Ferhat Ait Ali a pris la parole, hier soir, lors d’un passage en direct sur la télévision publique. « La commission spécialisée du ministère de l’Industrie va poursuivre l’étude des dossiers de tous les concessionnaires intéressés, dans les prochaines semaines et sans délai précis. Ainsi, l’importation des véhicules ne sera pas réservée exclusivement aux quatre établissements déjà choisis », a-t-il déclaré.

Pour ce qui est de la non-publication de la liste des quatre concessionnaires, Ait Ali Braham s’est défendu en évoquant l’impossibilité de rendre publique cette fameuse liste, avant que ces exploitants n’aient bénéficié de dérogations définitives. Sachant bien qu’ils n’ont eu qu’une autorisation temporaire. En revanche, le ministre algérien de l’Industrie a rappelé que ce dernier document permet tout de même à leurs titulaires d’entamer les procédures administratives auprès des banques, pour ensuite pouvoir importer des voitures neuves.

Lire également :

Retour à l’importation des véhicules neufs en Algérie : un sénateur algérien tacle sévèrement le ministre de l’Industrie Ait Ali Braham

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici