Transport aérien – La compagnie nationale, Air Algérie devrait poursuivre ses vols de rapatriement pour le mois de février prochain. C’est ce qu’a indiqué, ce mercredi matin, le site spécialisé Visa Algérie qui cite des sources au sein de ladite compagnie.

Advertisement

Selon la même source, Air Algérie devrait en effet poursuivre ses vols de rapatriement pour le mois de février prochain. Il est à noter que la fin du programme actuel de la compagnie nationale, commencé à la fin du mois de décembre dernier, est prévue pour le 31 du mois de janvier en cours. Selon le site spécialisé Visa Algérie, la même compagnie devrait toutefois poursuivre ses vols spéciaux en février, puisque qu’elle n’a pas atteint son objectif initial de rapatrier les quelques 25.000 algériens encore bloqués à l’étranger.

La même source indique qu’Air Algérie prévoit de poursuivre ses vols uniquement depuis Paris, seule ville depuis laquelle la compagnie nationale opère des vols depuis le 10 janvier dernier. Rappelons que la même compagnie avait initialement prévu des vols depuis cinq pays, à savoir la France, l’Espagne, l’Allemagne, le Canada et les Émirats Arabes Unis. La compagnie nationale avait toutefois annulé ses vols depuis tous ces pays, sauf la capitale française depuis laquelle elle opère trois vols quotidiens. Sur le site web des aéroports de Paris, le vol qu’opère Air Algérie depuis l’aéroport Charles de Gaulle est affiché disponible pour tout le mois de février. Le même site n’affiche pas les deux autres vols qu’opère la compagnie nationale depuis l’aéroport d’Orly. Le média précédemment cité indique toutefois qu’Air Algérie devrait maintenir un programme de trois vols quotidiens depuis la capitale française dont un vol, à savoir celui qui décolle de l’aéroport Paris Charles de Gaulle, réservé aux ressortissants résidant dans d’autres pays que la France.

Vols de rapatriement d’Air Algérie, ouverture des frontières : la diaspora algérienne monte au créneau

Par ailleurs, notons que les appels de la diaspora algérienne pour l’ouverture des frontières continuent de ce multiplier. L’Algérie a en effet fermé son espace aérien, terrestre et maritime depuis le mois de mars 2020 pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Presque une année après, les autorités ne prévoient aucune date pour la réouverture des frontières du pays. Le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune, seul habilité à prendre cette décision, se trouve en Allemagne où il est retourné au début de ce mois de janvier pour des raisons de santé.

Face à cette situation, les algériens établis à l’étranger ont lancé une pétition en ligne pour demander « l’ouverture partielle des frontières avec le respect strict des mesures sanitaires, comme c’est le cas chez nos voisins tunisiens et marocains, et la majorité des pays du monde ». Les auteurs de la pétition, qui a déjà récolté plus de 5000 signature, dénoncent un « véritable drame (…) inhumain et anticonstitutionnel ».

Rappelons, en outre, que plusieurs responsables, ainsi que des spécialistes ont abordé la question de la réouverture des frontières au cours des derniers mois. Le dernier en date et le ministre des travaux publics Farouk Chiali, qui occupe également le poste de ministre des transports par intérim. Interrogé lundi sur cette question devant l’APN, M.Chiali a en effet indiqué que la décision de réouverture des frontières était « du ressort exclusif du président de la République ».

Lire également : Algérie-France : voici le programme des vols d’ASL Airlines pour février

Advertisement