Voyages et immigration – Le Pr Salah Lellou spécialiste en pneumologie s’est exprimé au sujet de l’annonce de réouverture des frontières et de reprise des vols vers l’Algérie.

La présidence de la République a en effet annoncé, hier dimanche, la décision du gouvernement de rouvrir partiellement les frontières et d’autoriser à nouveau la reprise des vols à destination de l’Algérie. La même source a précisé que l’application de cette décision serait progressive, avec une reprise des vols limitée dans un premier temps. Ainsi, il y aura « une moyenne de cinq vols quotidiens à destination des aéroports d’Alger, de Constantine et d’Oran », a expliqué la présidence à l’issue de la réunion périodique du Conseil des ministres, que le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune a présidée.

Cette annonce intervient plus d’une année après la fermeture des frontières, et alors que les membres de la diaspora algérienne ont déjà lancé plusieurs appels pour leur réouverture au cours des derniers jours. « Nous sommes prêts à présenter des alternatives pour ouvrir les frontières, tout en préservant le pays de la pandémie et le droit des Algériens bloqués à l’étranger de retourner dans [en Algérie] », avait notamment déclaré un collectif regroupant plusieurs associations de la communauté algérienne à l’étranger, dans un communiqué rendu public il y a quelques jours.

Réouverture des frontières en Algérie : un spécialiste s’exprime

De son côté, le Pr Salah Lellou, spécialiste en pneumologie et chef de service à l’EHU d’Oran, s’est exprimé ce lundi au sujet de l’annonce de réouverture des frontières en Algérie. Dans un entretien accordé au média en ligne TSA, le même spécialiste s’est ainsi félicité de cette décision des autorités. « Lors d’une de mes dernières interventions, j’avais demandé qu’il y ait une réouverture des frontières mais sous condition qu’il y ait un contrôle sanitaire strict », a-t-il notamment rappelé, an ajoutant que « c’est ce qui a été retenu (par le gouvernement, ndlr) ». 

« On ne peut dire aux Algériens de ne pas rentrer chez eux. Ils peuvent le faire à condition de respecter le protocole sanitaire », a-t-il souligné. « Faute de pouvoir rentrer directement, j’ai appris que des Algériens achètent leurs billets pour la Tunisie et de là ils paient des passeurs pour les faire rentrer. », a-t-il encore dit, en estimant que « cela est un danger car il peut se trouver parmi ces gens quelqu’un qui porte un variant du covid et qui n’est pas contrôlé ».

S’exprimant également sur la probabilité d’un risque de recrudescence de l’épidémie après la décision de réouverture des frontières, le Pr Salah Lellou  a estimé qu’« il faut seulement renforcer les contrôles aux frontières. Depuis un mois et malgré le rebond, les choses sont nettement meilleures avec moins de pression dans les hôpitaux. ». « Il y a maintenant une décrue, et chez nous, même si le variant indien a été détecté, [cela] n’empêche pas que la situation est contrôlée. ».

Lire également : Réouverture des frontières algériennes : un spécialiste lance un appel aux autorités