Voyages et immigration – De nombreuses questions restent en suspens concernant l’ouverture des frontières et la reprise des vols en Algérie. Cette mesure devrait entrer en vigueur à partir du 1er juin prochain, ont annoncé les autorités hier dimanche.

Advertisement

La présidence de la République a en effet annoncé, hier 16 mai, que le gouvernement avait accepté les propositions du comité scientifique de suivi de la pandémie de Coronavirus pour la réouverture des frontières. « Après exposé des propositions (…) pour l’organisation de l’opération de réouverture des frontières aériennes et terrestres, le Conseil des ministres a accepté [de procéder à] une ouverture partielle, sous réserve du respect d’un protocole sanitaire strict », lit-on dans un communiqué rendu public à l’issue de la réunion périodique du Conseil des ministres, que le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune a présidée.

La même source a indiqué, par ailleurs, que l’application de cette décision commencerait dans un premier temps avec l’organisation « de cinq vols quotidiens en moyenne, à destination des aéroports d’Alger, Oran et Constantine, et ce à partir du 1er juin prochain ». Par ailleurs la présidence a également indiqué dans son communiqué que les autorités allaient communiquer tous les détails concernant cette décision d’ici la semaine prochaine au plus tard.

Reprise des vols en Algérie : les principales questions

Toutefois, plusieurs questions restent toujours en suspens au sujet de la reprise prochaine des vols en Algérie. Une des principales interrogations concerne notamment les compagnies qui vont organiser ces liaisons. Avec cinq vols quotidiens comme début, le gouvernement pourrait confier la tâche à la compagnie aérienne nationale, Air Algérie qui vit une grave crise depuis plus d’une année. Une autre question à laquelle le gouvernement n’a pas encore répondu concerne les personnes qui pourront prendre ces vols. Les autorités devraient procéder par priorité sur ce plan, et les premiers à rentrer en Algérie devraient être les ressortissants qui sont partis avec des visas de court séjour, et qui n’ont pas pu rentrer après la fermeture des frontières.

Par ailleurs, les autorités n’ont également pas précisé quels seraient les pays concernés par cette reprise. Le gouvernement pourrait ainsi choisir entre la mise en place d’un vol quotidien depuis cinq pays différents, ou cinq vols au départ d’un seul pays. S’il choisit la deuxième option, ces vols auront lieu sans surprise au départ de la France, qui compte la plus grande communauté algérienne à l’étranger. Enfin, les autorités devront également préciser s’il s’agit là d’une ouverture à sens unique ou s’il y aura également des vols dans le sens Algérie-étranger.

Dans tous les cas, le gouvernement algérien compte mettre en place des mesures stricts au niveau des aéroports. Le comité scientifique de suivi de la pandémie, qui a proposé ces mesures, a notamment annoncé que les voyageurs devraient fournir un test PCR négatif réalisé moins de 36 heures avant la date prévue pour leur vol. Ils devront également subir un test antigénique à l’arrivée, et les personnes qui se révéleraient positives devront observer une période d’isolement de 10 jours à leurs frais. Cette dernière mesure devrait être systématique pour les voyageurs provenant de pays où le risque sanitaire est particulièrement élevé, le gouvernement devrait donc établir une liste de ces pays dans les jours qui viennent.

Lire également : Blocage des visas Schengen pour les algériens : une plainte déposée en France

Advertisement