Voyages et immigration – Plusieurs conditions devront être réunies pour l’ouverture des frontières algériennes et la reprise des vols réguliers au départ et à destination du territoire national.

La fermeture des frontières de l’Algérie est en effet maintenue depuis maintenant plus d’une année, en raison de la pandémie de Covid-19 qui continue de sévir. Dans ce sens, l’ensemble des vols réguliers au départ et à destination des aéroports algériens demeurent suspendus. Outre la fermeture des frontières, les autorités du pays ont également suspendu, depuis le 28 février dernier, toutes les opérations de rapatriement de la compagnie nationale Air Algérie.

Alors que les autorités n’ont pour le moment communiqué aucune date quant à un début de levée progressive des restrictions sur les voyages, plusieurs compagnies étrangères continuent d’effectuer des vols spéciaux au départ des aéroports algériens. Il s’agit d’Air France, ASL Airlines et Transavia, qui desservent les aéroports français de Paris et de Lyon au départ d’Alger, Oran, Annaba et Béjaïa. Celles-ci vont poursuivre leur programme au moins jusqu’au 31 mai prochain. Air France et ASL Airlines ont, quant à elles, programmé des vols réguliers entre l’Algérie et la France pour la prochaine saison estivale. Ceux-ci restent toutefois tributaires de la réouverture des frontières de l’Algérie.

Quelles sont les conditions pour l’ouverture des frontières algériennes ?

Plusieurs conditions seront d’ailleurs nécessaires à l’ouverture des frontières algériennes et à la reprise des vols. En premier lieu figure l’amélioration de la situation sanitaire dans le pays, conditions qui est d’ailleurs partiellement remplie. En effet, les chiffres des contaminations sont actuellement stables, et restent sous la barre des 150 cas quotidiens depuis maintenant plusieurs semaines. Toutefois, il subsiste toujours un risque par rapport aux nouveaux variants de la maladie, qui ont commencé à se propager en Algérie depuis la fin du mois de février dernier.

Une autre condition est l’amélioration de la situation sanitaire à l’étranger, et notamment en France qui est la principale destination européenne des algériens. Ce pays est, pour rappel, frappé par une nouvelle vague de la pandémie, qui a forcé les autorités françaises a adopter de nouvelles mesures restrictives pour endiguer la propagation du virus.

Enfin, la réouverture des frontières algériennes dépendra grandement de l’avancement de la campagne de vaccination dans le pays. Selon plusieurs spécialistes, l’Algérie devra vacciner au moins 50% de sa population, soit environ 20 millions de personnes, pour entamer une levée progressive des restrictions sur les voyages. Or, la campagne de vaccination accuse actuellement un sérieux retard, et selon le Pr Kamel Djenouhat, président de la société algérienne d’immunologie, il y aurait mois de 1% de la population qui a reçu le vaccin jusqu’ici. Dans ce sens, le taux des 50% de vaccination reste encore hors de portée pour le moment, et ne devrait être atteint que vers la fin de cette année dans le meilleur des cas.

Lire également : Transport aérien : ASL Airlines programme des vols réguliers vers l’Algérie