Voyages et immigration – Les voyages entre l’Algérie et la France pourraient se retrouver de nouveau compromis avec la forte diffusion du variant delta de la covid-19 dans ce pays d’Afrique du Nord.

Advertisement

L’Algérie fait en effet face à une nouvelle vague inquiétante de Covid-19, avec une moyenne de plus de 1000 contaminations quotidiennes depuis quelques jours. Ce dimanche, l’Institut Pasteur d’Algérie a révélé des chiffres inquiétants concernant la diffusion du variant Delta dans le pays. Ce variant est, notons-le, la souche la plus virulente qui a été détectée depuis l’apparition de la maladie à la fin de l’année 2019. Il touche notamment les jeunes, catégorie jusque là relativement épargnée avec des complications nécessitant une hospitalisation du patient, voire même entraînant son décès.

« Au 15 juillet, le variant delta a supplanté tous les autres variants circulants jusque-là, représentant 71 % des virus circulants », a indiqué l’Institut Pasteur ce dimanche. La même institution prévoit ainsi que le variant Delta atteindra « un taux supérieur à 90 % dans les semaines à venir », si des mesures ne sont pas rapidement prises pour enrayer la propagation de la maladie.

Les voyages entre l’Algérie et la France de nouveau compromis ?

D’ailleurs, ces nouveaux chiffres relatifs à la propagation du variant Delta risquent de compromettre les voyages entre l’Algérie et la France, et plus généralement avec le reste des pays d’Europe. À l’image de son voisin la Tunisie, l’Algérie pourrait bientôt se retrouver sur la liste rouge de plusieurs pays du vieux continent. Actuellement, ce pays d’Afrique du Nord figure sur la liste Orange, qui répertorie les destinations où le risque sanitaire est considéré comme étant moyen. Un classement de l’Algérie sur la liste rouge pourrait se traduire principalement par l’exclusion de certaines catégories de voyageurs de la liste des personnes autorisées à voyager. Les conditions d’entrée dans les pays européens devraient également être durcies en cas d’évolution du classement de l’Algérie. Une telle option est reste d’ailleurs fortement probable au vu du très faible taux de vaccination dans ce pays.

De son côté, le gouvernement algérien vient de prendre les premières mesures face à la recrudescence des cas de contamination dans le pays. Le chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune a ainsi ordonné de modifier les horaires du confinement partiel à domicile dans l’ensemble des régions concernées par cette mesure. Les nouveaux horaires, qui entreront en vigueur à partir de demain lundi sont désormais de 20h00 à 6h00 du matin le lendemain. Outre cette décision, le chef de l’État a également ordonné d’accélérer la vaccination dans les wilayas qui comptent la plus forte densité de population, ainsi que de renforcer les mesures de prévention au sein des lieux fermés qui reçoivent du public, à l’image des centres commerciaux.

Lire également : Visas pour les algériens : la Belgique apporte de nouvelles précisions

Advertisement