Voyages et immigration – La question de la reprise des vols internationaux en Algérie reste posée, alors que la campagne de vaccination connaît plusieurs complications, notamment du fait du manque de vaccins.

L’Algérie a fermé ses frontières le 17 mars 2020, dans le cadre de sa stratégie de lutte contre la pandémie de Covid-19. Aujourd’hui, une année après, cette mesure est toujours en vigueur et les autorités n’ont donné aucune date pour sa levée progressive. L’un des paramètres dont dépend cette décision reste notamment la vaccination anti Covid-19. La campagne de vaccination, que les autorités algériennes ont lancée le 21 janvier dernier, accuse toutefois un sérieux retard.

En effet, l’Algérie souffre actuellement du manque de vaccins anti Covid-19, ce qui se traduit par un ralentissement de sa campagne. Alors que les autorités tablent sur la vaccination d’au moins 50% de la population pour atteindre un seuil d’immunité collective, ce chiffre pourrait ne pas être atteint avant les derniers mois de cette année dans le meilleur des cas. Ainsi, la fermeture des frontières pourrait encore durer jusqu’au début de l’année 2022.

Vaccination anti Covid en Algérie : vers une reprise des vols plus tôt que prévu ?

Toutefois, l’Algérie pourrait annoncer une reprise des vols internationaux plus tôt que prévu, même avec le ralentissement de la campagne de vaccination anti Covid-19. En effet, plusieurs spécialistes se penchent actuellement sur la possibilité que le pays ait actuellement atteint un seuil d’immunité collective, notamment avec la baisse conséquente du nombre des contaminations quotidiennes ces derniers jours. Dans ce sens, le Dr Mohamed Bekkat Berkani a notamment estimé que « nous devrions savoir le comment du pourquoi nous sommes arrivés à ces chiffres qui sont très bas en matière de cas quotidiens ».

Le même spécialiste a ainsi appelé à « faire des enquêtes sur la population générale » pour confirmer l’hypothèse d’une probable immunité collective. « Il semblerait que dans notre pays, durant le troisième trimestre de l’année dernière, il y a eu une augmentation de l’épidémie qui a été soit symptomatique, soit asymptomatique, qui nous a valu de nous acheminer vers cette immunité collective probable de par la maladie en elle-même », a-t-il indiqué dans une déclaration à TSA hier mardi.

Si la population algérienne a effectivement atteint un seuil d’immunité collective vis-à-vis de la pandémie, cela pourrait pousser les autorités à songer à la levée progressive des restrictions sur les voyages. Toutefois, il est à rappeler qu’une reprise des vols internationaux ne dépend pas seulement de la situation sanitaire en Algérie, mais également dans les pays étrangers, et notamment en France. L’apparition de nouveaux variants du Coronavirus jouera également un rôle dans la décision d’ouvrir ou non les frontières de l’Algérie. L’Institut Pasteur a en effet annoncé, hier mardi, la découverte de nouveaux cas d’infection aux variants britannique et nigérian. Cette dernière souche, présente principalement dans le Sud du pays, n’est toutefois pas considérée comme préoccupante par l’OMS.

Lire également : Visas pour la France en Algérie : nouveau communiqué de TLS Contact