Voyages et immigration – De nombreux citoyens résidant en France hésitent à effectuer des voyages à destination de l’Algérie à l’heure actuelle, alors que le monde fait face à l’apparition d’un nouveau variant de la Covid-19.

Advertisement

La situation sanitaire dans le monde se dégrade depuis quelques semaines suite à l’apparition du variant Omicron de la Covid-19. Celui-ci, originaire d’Afrique du Sud touche déjà plusieurs pays parmi lesquels la France, qui est la première destination étrangère des algériens.

Cette nouvelle souche de la maladie est d’ailleurs considérée plus dangereuse que le variant Delta, à cause de sa résistance aux vaccins. Plusieurs pays, dont la France ont d’ailleurs décidé de procéder à l’injection d’une troisième dose de vaccin à leurs citoyens. De nombreux laboratoires se sont également dits prêts à développer un nouveau vaccin pour faire face à cette souche de la maladie.

Certains pays ont par ailleurs modifié les conditions d’entrée sur leur territoire. C’est notamment le cas de l’Algérie, qui a instauré depuis le 6 décembre dernier l’obligation de présenter un Pass Vaccinal pour les personnes voyageant par voie maritime. Cette mesure devrait également être élargie aux personnes voyageant par voie aérienne, mais aucune date n’a pour le moment été annoncée.

Voici pourquoi les voyages entre la France et l’Algérie sont déconseillés

Dans ce contexte, de nombreux citoyens établis en France hésitent d’ailleurs à effectuer des voyages à destination de l’Algérie. Effectivement, les déplacements sont fortement déconseillés à cause de la situation sanitaire qui prévaut dans les deux pays.

Plusieurs risques existent d’ailleurs en cas de voyage vers l’Algérie ou vers la France. L’évolution de la propagation du variant Omicron étant encore incertaine, l’un ou l’autre des deux pays peut décider à n’importe quel moment de durcir encore plus les contrôles à ses frontières, voire de suspendre complètement les voyages, ce qui provoquerait une situation de blocage pour plusieurs milliers de personnes.

En plus du risque de fermeture des frontières, les voyageurs s’exposent également à une infection à la Covid-19. Dans ce cas de figure, les concernés peuvent se retrouver obligés d’attendre plusieurs mois afin de pouvoir voyager. « Après guérison, le test peut rester positif jusqu’à trois mois, tant chez les vaccinés que chez les non vaccinés », prévient notamment le média suisse Le Matin. Un voyageur qui se rendrait en Algérie ou en France prends ainsi le risque de rester bloquer s’il contracte la maladie, d’autant plus que chacun des deux pays demande un test PCR négatif pour tous les passagers, et l’absence de ce document équivaut à un refoulement pur et simple au niveau de l’aéroport.

Lire également : Voyages vers l’Algérie : le calvaire d’une passagère à l’aéroport (vidéo)

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici