Voyages et immigration – Le Dr Mohamed Bekkat Berkani s’est exprimé, ce jeudi 17 juin au sujet de la réouverture des frontières et du possible renforcement du programme de vols vers l’Algérie.

Advertisement

Le gouvernement algérien a décidé d’autoriser une reprise partielle des vols à destination du territoire national depuis le 1er juin en cours. Pour le moment, cette opération reste limitée à trois aéroports algériens, à savoir ceux d’Alger, Oran et Constantine. La compagnie nationale Air Algérie effectue des vols entre ces villes et celles de Paris, Marseille, Barcelone, Tunis, Istanbul, Francfort et Rome. Plusieurs autres compagnies étrangères desservent également l’Algérie. Il s’agit de Turkish Airlines, Tunisair, Alitalia et Lufthansa qui assurent des liaisons au départ et à destination de leurs pays respectifs.

En outre, le gouvernement algérien a mis en place un protocole sanitaire strict pour toutes les personnes qui entrent sur le territoire national. Celles-ci doivent ainsi se mettre en isolement pendant cinq jours à leurs frais dans un hôtel réservé à cet effet, et ce dès leur arrivée en Algérie. Les voyageurs doivent payer à l’avance les frais de cette procédure, dont le montant a été fixé à 33.000 dinars par personne. Les étudiants et les personnes âgées à faible revenu sont néanmoins exemptées de ces frais. Ces deux catégories doivent adresser une demande d’exemption accompagnée des pièces justificatives de leur situation aux représentations diplomatiques algériennes dans leur lieu de résidence.

Renforcement du programme de vols vers l’Algérie : l’avis d’un spécialiste

De son côté, le Dr Mohamed Bekkat Berkani, membre du comité scientifique de suivi de la pandémie de Covid-19 a fait le point ce jeudi sur l’ouverture des frontières et la possibilité de renforcement du programme des vols vers l’Algérie. « La réouverture des frontières est (…) réussie », a estimé le même spécialiste dans un entretien accordé au média spécialisé Visa Algérie. « Il y a une demande pressante de la part de nos compatriotes à l’étranger », a également noté le Dr Bekkat Berkani, qui a estimé qu’« il faut faire évoluer les choses ».

« Je pense qu’il faut augmenter le nombre de vols et alléger les mesures. », a-t-il suggéré. « Quand on vient d’un pays à risque, il faut prendre les mesures dont le confinement sanitaire. Pour les autres pays qui ont réussi à freiner l’épidémie par la vaccination, comme la France, il y a peu de chances qu’une personne transporte le virus si on prend les mesures qui s’imposent tel que le dépistage par la PCR », a également déclaré le même spécialiste qui se montre ainsi favorable à une ouverture plus large des frontières.

Notons que pour le moment, les autorités n’ont encore rien annoncé concernant l’organisation de nouveaux vols et le maintien de l’ouverture des frontières pour les mois à venir. Cette décision dépend en effet principalement de l’évolution de la situation sanitaire en Algérie. Avec une moyenne de 350 contaminations quotidiennes, les chiffres restent actuellement stables malgré une légère hausse depuis le début du mois en cours, ce qui devrait inciter le gouvernement à passer progressivement à une nouvelle étape avec notamment la reprise des traversées maritimes. Une dégradation de la situation sanitaire pourrait toutefois engendrer une nouvelle fermeture, a expliqué le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune dans un entretien accordé il y a quelques jours au magazine français Le Point.

Lire également : France-Algérie : Air Algérie modifie son programme de vols

Advertisement