Algérie– Invité de l’émission Le soir d’Algérie direct, animée par Hakim Laalam, le ministre des transports Lazhar Hani s’est longuement exprimé sur la question du transport aérien algérien. Ce responsable a profité de son passage, hier en fin de journée, pour critiquer ouvertement la compagnie aérienne Air Algérie.

Advertisement

Ainsi, en réponse à une question posée par l’animateur du débat, ayant trait à la compagnie Air Algérie qui, faut-il le signaler, détient le monopole du transport aérien algérien, Lazhar Hani n’est pas passé par quatre chemins. Le ministre indique que la compagnie aérienne nationale « n’est pas à la hauteur » des souhaits et des attentes de la population. « Je vous le concède, c’est incontestable. Je suis le premier à le dire, et je le reconnais », insiste le ministre.

De plus, Lazhar Hani reconnait qu’Air Algérie souffre de problèmes de gestion et d’un manque d’organisation interne. Le responsable algérien regrette également l’absence de la culture d’une entreprise, qui soit solidaire, au sein des effectifs de la même compagnie. Les employés et collaborateurs de cette société n’ont pas le sens de solidarité, selon lui.

Néanmoins, le ministre des transports insiste sur une certaine obligation de reconnaissance envers Air Algérie. « Je ne voudrais en aucun cas qu’on soit ingrats envers la compagnie nationale », affirme-t-il. Avant de mettre l’accent sur le rôle joué par cette même firme, pendant l’embargo imposé sur l’Algérie, il y a de cela quelques années.

Le premier responsable du secteur des transports en Algérie affirme que son département fera de son mieux, dans le but de mettre de l’ordre dans la maison du leader du transport aérien algérien. Et ce vu le fait qu’il considère cette compagnie comme étant « le pavillon national ». Il rappelle que le dossier de la compagnie Air Algérie a été récemment traité en conseil des ministres.

Trafic aérien algérien et crise sanitaire : ce qu’en pense le ministre

Le ministre des transports souligne que le trafic aérien, et notamment chez Air Algérie, est fortement impacté par les répercussions de la crise sanitaire qui secoue le monde actuellement. Il estime que la compagnie nationale algérienne subit les incidences « au même titre » que toutes les autres compagnies mondiales. Il précise que « ce n’est en aucun cas pour défendre Air Algérie », qu’il avance ces propos. « C’est une compagnie ayant ses propres problèmes internes. Elle a aussi des problèmes externes », ajoute-t-il.

Lire également :

Ouverture d’Air Algérie à la concurrence : le ministre des transports algérien s’exprime

 

Advertisement