Actualité Coronavirus– Abderrahmane Benbouzid, ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, a apporté des précisions concernant une éventuelle campagne de vaccination contre la Covid-19 en Algérie. C’est sur les ondes de la radio algérienne qu’il s’est exprimé sur cette fameuse question d’immunisation, qui faut-il le signaler, taraude les esprits d’un grand nombre d’algériens.

Advertisement

Selon le premier responsable du secteur de la santé, l’Algérie n’a pas encore mis en place de stratégie ayant trait à l’acquisition d’un vaccin, ainsi qu’à l’immunisation de la population contre la Covid-19 en Algérie. Néanmoins, Benbouzid a affirmé que « l’Algérie est à la page de tout ce qui se fait en matière de vaccins anti-Coronavirus », dans les pays ayant pourtant de l’avance sur ce sujet. En somme, les autorités algériennes n’auraient, pour le moment, pris aucune disposition concernant un éventuel achat du remède contre le Coronavirus.

Le ministre contredit le Professeur Bekkat Berkani

Les propos du ministre algérien viennent ainsi mettre fin au débat suscité par le Professeur Bekkat Berkani. Celui-ci, faut-il le signaler, est membre du comité scientifique chargé du suivi de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus, dans le plus grand pays d’Afrique. Notons que, le Pr Berkani avait fait des annonces relatives à la vaccination en Algérie. Et ce lors de son passage, lundi 30 novembre, sur les ondes de la radio nationale.

Il avait notamment déclaré que la campagne d’immunisation de la population pourrait commencer, fin janvier 2021. De plus, il avait même confié à nos confrères de la radio algérienne que le remède contre la Covid-19 pourrait être gratuit pour tous les citoyens algériens. Le spécialiste avait également tenu à informer que les différents aspects relatifs à l’acquisition, à l’acheminement et à la distribution ont été passés en revue, par les autorités sanitaires algériennes.

Quel vaccin compte acquérir l’Algérie ?

Concernant le type de vaccin, que compte acquérir l’Algérie, le membre du comité scientifique, semble être sur la même longueur avec le ministre de la santé. Il a affirmé, à ce propos, que le remède sera choisi sur la base des dossiers scientifiques fournis par les laboratoires, ainsi que sur la base des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les avis de l’institut Pasteur d’Algérie, de l’agence nationale du médicament, ainsi que du comité scientifique, seront également déterminants. Ces dernières institutions auront « leur mot à dire » dans tout ce qui a un lien avec la maniabilité et l’efficacité du fameux remède.

Baisse des contaminations au Coronavirus en Algérie

Par ailleurs, il est à souligner que l’Algérie enregistre une baisse des infections à la Covid-19. Cette diminution des contaminations intervient, après une longue période durant laquelle le pays avait connu une hausse drastique, dépassant les 1000 nouveaux cas quotidiens. Notons que, plusieurs spécialistes avaient tiré la sonnette d’alarme quant à cette hausse conséquente des cas positifs en Algérie.

Pour rappel, l’Algérie a enregistré, hier 2 décembre, une baisse du nombre de nouvelles contamination. Et ce pour le sixième jour consécutif. Ainsi, les autorités sanitaires algériennes ont recensé 932 nouvelles infections. Ce qui a porté à 85.084 le nombre total des cas positifs, depuis le début de la propagation du virus en sol algérien, en mars dernier.

Modification des mesures restrictives en Algérie

Le cabinet du premier ministre algérien Abdelaziz Djerad, avait annoncé lundi 30 novembre, quelques remaniements sur les dispositions restrictives mises en place, dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Le confinement partiel à domicile a été étendu à deux villes supplémentaires. Ce qui ramène à 34 le nombre des villes concernées par cette mesure. Il est à mentionner que, cette disposition durera 15 jours de plus, à compter de la journée de mercredi 2 décembre. Elle entre en vigueur toutes les soirées à partir de 20h, et elle s’étale jusqu’à 5h du lendemain.

Ce qui devrait changer

Les services du premier ministre, ont également fait part de la reconduction, pour une durée de 15 jours, de la mesure de fermeture des marchés de ventes des véhicules d’occasion. Ce sera aussi les cas pour les salles de sport, ainsi que pour tous les espaces de loisirs et de détente, dans les mêmes wilayas. Outre cela, certains commerçants devront prendre leur mal en patience. Ils devront patienter 15 jours de plus, avant de pouvoir rouvrir leurs commerces à temps plein.

Par conséquent, les commerces d’électroménager, de literies, de décoration, de jouets, d’articles de sport ainsi que les salons de coiffure, devront se plier aux décisions du gouvernement algérien. Tous ces commerçants devront continuer à se soumettre à l’obligation de fermer leurs locaux à 15H00. C’est le cas aussi pour les pâtisseries, les restaurants, les fast-food et les cafétérias.

Toujours dans le cadre de la lutte contre la Pandémie du Coronavirus, les autorités algériennes ont toutefois décidé d’assouplir une mesure. Il s’agit de la suspension du trafic aérien. Celle-ci a été officiellement levée, pour les vols domestiques. Elle entrera en vigueur à compter de dimanche 6 décembre. Les vols à destination du sud de l’Algérie reprendront à plein régime. Ils seront effectués par les deux compagnies Air Algérie et Tassili Airlines. De plus, d’autres liaisons desserviront les villes du nord algérien, mais à une moindre fréquence (50% des vols). Les vols de rapatriement depuis les pays étrangers reprendront également. C’est ce qu’a annoncé Air Algérie, dans un communiqué publié sur sa page Facebook. Ce qui a réjoui au plus haut point beaucoup de ressortissants algériens bloqués dans d’autres pays, tels que la France.

Lire également :

Reprise des vols internationaux : les précisions de la direction de la compagnie nationale aérienne algérienne Air Algérie

 

 

Advertisement