Vols de rapatriement vers l’Algérie– Un grand nombre d’étudiants algériens en Russie, ont lancé, lundi 14 décembre, un véritable cri de détresse. Ainsi, ils ont montré leur exaspération à l’égard de la non-programmation de vols de rapatriement vers l’Algérie. D’autant qu’ils ont achevé leurs cursus universitaires et que leur présence en territoire russe n’est plus justifiée.

Advertisement

En effet, ces étudiants algériens ayant achevé leurs études en Russie, sont au nombre de 300. Ceux-ci se retrouvent en situation irrégulière dans le pays de l’Europe de l’est, depuis le début de la crise sanitaire. C’est ce qui les a poussés à interpeller Abdelhakim Dahmoune, député de l’émigration. Et ce dans le but d’avoir à leur disposition un vol de rapatriement depuis la Russie vers l’Algérie et d’obtenir des autorisations exceptionnelles. Ce qui leur permettrait de pouvoir enfin retourner dans leur pays natal.

Selon nos confrères du média arabophone Echourouk, l’élu algérien a saisi les services du ministère des affaires étrangères, au sujet de ces jeunes étudiants algériens bloqués en Russie. Le parlementaire a demandé la programmation d’une liaison spéciale depuis la fédération sus-citée et l’octroi de dérogations exceptionnelles d’accès en territoire algérien, afin que ces mêmes étudiants puissent enfin rentrer chez eux, après de longs mois d’attente.

Etudiants algériens en Russie : leur situation est vraiment délicate

Le député algérien de la zone Amérique et reste du monde, s’est dit touché par les multiples appels à l’aide. Pour cela, il a lancé un nouvel appel en direction du gouvernement algérien, pour qu’il programme des vols de rapatriement, depuis plusieurs pays, et notamment au départ de la fédération de Russie. Notons que, Abdelhakim Dahmoune a affirmé que ces étudiants se retrouvent dans une situation peu reluisante. Sachant qu’ils ont été expulsés des résidences universitaires dans lesquelles ils étaient logés, suite à la fin de leur formation. Ils se retrouvent ainsi sans loyer ni ressources nécessaires, pour faire face à la situation actuelle. D’où l’urgence de leur acheminement en Algérie.

Quid de la reprise des vols réguliers en Algérie ?

Suite à la montée au créneau des membres de la diaspora algérienne, qui réclament une ouverture totale des frontières et une reprise des vols réguliers, Lazhar Hani, ministre algérien des transports s’est de nouveau exprimé sur ce sujet. Il a indiqué, lors de son passage sur le Forum de la Radio nationale, que cette décision revenait aux hautes autorités algériennes. Par conséquent, les chances d’une reprise normale du trafic aérien depuis et vers le pays, en cette fin d’année, sont quasi-inexistantes, au grand dam des ressortissants algériens établis à l’étranger.

Un député algérien interpelle de nouveau le Premier ministre

Toujours dans le même contexte, le député de l’émigration Noureddine Belmeddah, a adressé une nouvelle correspondance au Premier ministre algérien. Lettre dans laquelle, il a fait part des entraves bureaucratiques auxquelles font face les membres de la diaspora algérienne. Pour rappel, tout ressortissant algérien désirant se rendre dans son pays, doit être détenteur d’une autorisation exceptionnelle délivrée par les services du ministère de l’intérieur. Cette procédure, qui est considérée comme étant compliquée, pourrait être simplifiée, selon le parlementaire algérien. Ainsi, il propose au premier ministre de confier l’opération d’inscription aux consulats algériens ou à la compagnie Air Algérie. Il estime que, le recours à cette méthode faciliterait la tache aux citoyens désirant rentrer au pays.

De même, Noureddine Belmeddah a appelé Abdelaziz Djerad à programmer un grand nombre de liaisons aériennes et maritimes, afin de permettre au maximum de ressortissants algériens de pouvoir retrouver les siens. Il espère ainsi avoir une réponse favorable, ce qui réjouira au plus haut point les membres de la diaspora. D’autant que, ces derniers s’inquiètent vivement du fait que les opérations de rapatriement effectuées par Air Algérie s’achèveront officiellement dans trois jours.

 

Lire également :

France : toutes les étapes du changement de statut d’étudiant algérien vers salarié

Advertisement